Les hommes ont vu plus loin que les étoiles. Se sont emparés du pouvoir. Sont morts pour leurs idéaux. Maintenant, la véritable histoire peut commencer.
 

Partagez | 

 L'appel du vide

Messages : 6
Date d'inscription : 06/02/2017
avatar
Etudiant
Etudiant

MessageSujet: L'appel du vide    Mer 22 Fév - 21:07


    Loin en-dessous de lui, la lave dérivait lentement. Des croûtes, durcies par l'air froid de la ville souterraine, se fissuraient pour la laisser couler, toute en replis comme la peau incandescente d'un vieux géant ridé. Icare en sentait la chaleur, qui miroitait sur les parois du vide, illuminait le ciel de pierre, et montait jusqu'à lui, effleurant son visage.

    Il était assis les jambes dans le vide, le torse appuyé contre la rambarde qui le retenait à mi-hauteur. Son sac à dos, où, comme d'habitude, pesaient journal, bloc-notes, livres et feuilles volantes, était encore dans son dos, et semblait vouloir le retenir sur le large rebord où il était assis. Le chemin ceignait le vide. A quelques mètres de lui, à sa droite, débouchait la galerie par laquelle il était entré ; la plus large, la plus connue, celle qu'on lui avait immédiatement désigné quand il avait demandé son chemin pour Cruptopolis. Et à quelques autres mètres de lui, à sa gauche, s'enfonçait  dans la grotte le pont qui surplombait la lave, et qui menait à la ville souterraine. A mi-chemin, assis par terre, les bras croisés sur le barreau de fer, il attendait son guide.

    Sirius ne tarderait plus, sans doute. Les choses étaient encore tendues, entre eux - Icare ne comprenait pas pourquoi Silas l'avait envoyé au conseiller impérial, et il ne comprenait pas non plus pourquoi le conseiller impérial avait accepté de s'occuper de lui. Cependant, comme tout ce que faisait Silas, cela devait avoir un sens, même très, très bien caché. Icare ne comprenait pas les choix de son maître quatre-vingt-quinze pourcents du temps, mais il les aurait respectés les yeux fermés. Il y avait une certaine dose d'optimisme nécessaire pour garder ce présupposé, mais Icare restait confiant.

    Ignorant l'absence de Sirius, il avait laissé une note à l'un des membres du personnel du palais, en le chargeant de le remettre au conseiller, pour lui indiquer où il se rendait au lieu de, bien entendu, se rendre à la bibliothèque comme il le devait. Icare aimait les bibliothèques, mais l'apprentissage par les livres valait bien peu, à ses yeux, en comparaison avec l'apprentissage par le réel. Pour connaître Cruptopolis, il lui fallait aller à Cruptopolis, et c'était ce qu'il avait fait. Il espérait, malgré la tension qui dirigeait encore leurs rapports, que Sirius l'y rejoindrait comme il le lui demandait. Ne pas apprécier qu'on lui impose un garde-chiourme raide et vieux jeu était une chose, renoncer à une potentielle source d'information en était une autre.

    Et, en l'attendant, il restait assis, bien sagement, dans le couloir qui reliait Apollô et la ville souterraine, juste avant que celui-ci ne s'enfonce vraiment dans les profondeurs. Ses yeux suivaient les ondulations lentes de la lave, le visage incliné au-dessus du vide.







Messages : 6
Date d'inscription : 24/01/2016
avatar
Empereur
Empereur

MessageSujet: Re: L'appel du vide    Ven 3 Mar - 19:21

Phaéton était toujours entrain de se demander pourquoi il avait accepté de jouer les nourrices aujourd’hui. La scène s’était passée un peu plus tôt dans la journée Sirius était venu le voir pour lui demander de s’occuper de son protégé Icare car il avait des affaires urgentes à régler. N’importe qui aurait trouvé ça malvenu de demander un tel service à l’empereur des Héliotes et si ça avait été n’importe qui Phaéton lui aurait très certainement dit d’aller se faire voir chez les Sélénites. Mais voilà, Sirius n’était pas n’importe qui, avant d’être le conseiller impérial il était avant tout son meilleur ami. Au début réticent, il avait finit par accepter, tout d’abord parce qu’il voulait rendre service à son ami et qu’il n’avait rien d’autre à faire et deuxièmement parce qu’il était curieux de voir ce que Sirius trouvait de si intéressant à ce Sélénite dont il lui avait déjà parlé. C’est ainsi qu’il s’était retrouvé à devoir aller à Cruptopolis, après s’être rendu à la bibliothèque où devait l’attendre Icare qui avait laissé un message qui demandait à Sirius de le rejoindre à la cité souterraine. Au début, cela avait un agacé l’empereur, pour qui se prenait-il ce Sélénite c’était déjà pas mal qu’on l’héberge et voilà qu’il imposait les rendez-vous ! Toutefois, sur le chemin pour aller à Cruptopolis il finit par se calmer et se dire que c’était pas plus mal et que ça serait moins ennuyant que de le surveiller entrain de lire des livres.

Ces pas résonnaient dans le long tunnel qui menait à l’un des entrées de la ville souterraine Cruptopolis. L’empereur était loin de son palais et portait, contrairement à son habitude, des habits plutôt sobre, peu colorés, la seule forme de richesse sur lui était une bague sertie d’un rubis sur l’une de ses mains et l’épée de bonne facture qui était attaché à sa taille et plus ou moins caché par la cape. Un homme habillé dans les mêmes tons que lui l’accompagné, il s’agissait d’un membre de la garde impériale, après tout il restait l’empereur et il ne pouvait pas se permettre de partir sans protection. Enfin, même s’il lui arrivait parfois de s’évader avec Sirius ou seul afin de faire la tournée des tavernes pour passer un peu de bon temps comme durant sa folle jeunesse.
Toutefois, il y avait plusieurs raisons qui expliquaient pourquoi il souhaitait ne pas se faire remarquer. La première c’est qu’il souhaitait être tranquille pour la tâche qu’il devait accomplir, il allait surement rester un certain temps dans la ville souterraine et il ne voulait pas être entouré d’une tonne de personne voulant s’attiré ces bonnes grâces oui lui demander des prières. La seconde était directement lié à celle qui l’amené sous terre, Phaéton ne voulait pas réellement qu’on le reconnaisse, lui l’empereur, entrain de jouer les nourrices. Enfin, la dernière c’est qu’il trouvait toujours cela amusant de ne pas révéler tout de suite son statut et de se faire passer pour quelqu’un d’autres on voyait plus facilement le vrai visage des personnes ainsi et la tête qu’ils faisaient quand il leur révéler sa véritable identité valait pour lui tout l’or de Mercure.
Finalement les deux hommes arrivent à la fin du tunnel et un jeune homme aux cheveux bruns et au teint pâle si particulier des Sélénites. Il les attendait assis sur le rebord et appuyé contre la rambarde, Phaéton s’approcha de lui.

- C’est toi Icare ?

Le jeune homme acquiesça.

- Je suis Phoebus. Il ne voulait pas lui dire tout de suite son véritable nom. Je suis un ami de Sirius, il a des choses à faire aujourd’hui il ne pourra pas venir, c’est donc moi qui vais te servir de guide. Allons-y.

Et il commença à se diriger vers la ville avec l’étudiant à qu’il demanda où il souhaitait se rendre en premier pendant qu’ils traversaient le pont.

[HR: voilà du coup je me suis dis que ça pourrait être intéressant que Phaéton ne se présente pas tout de suite comme empereur, sachant qu'en plus je ne pense pas qu'Icare est eut déjà à le voir en personne]






Messages : 6
Date d'inscription : 06/02/2017
avatar
Etudiant
Etudiant

MessageSujet: Re: L'appel du vide    Ven 17 Mar - 16:46

    A quelques mètres de lui les gens débouchaient du passage et empruntaient le pont sans s'arrêter. Parfois certains ralentissaient, jetaient un regard au garçon avec un gros sac à dos qui attendait en balançant ses jambes dans le vide. Ce n'était sans doute pas l'heure de pointe, car Icare entendait déjà le bourdonnement d'activité qui venait d'au-delà du pont, et il n'y avait finalement que peu de passants. Ceux qui traversaient ne jetaient même pas un regard à la lave, comme si elle n'existait pas. L'étudiant observait, fasciné, leur indifférence ; lui, le Sélénite, ne pouvait s'empêcher de laisser son regard plonger dans les lentes ondulations incandescentes, et ce bien trop souvent. La lumière lui coupait le souffle.

    Lorsque les deux hommes s'avancèrent vers lui il ne releva pas immédiatement les yeux. Il attendait un homme seul, dont il connaissait suffisamment la carrure pour juger au nez levé qu'il ne s'agissait pas de celui qui s'approchait, ni de celui qui le suivait. C'était pourtant bien vers lui qu'ils se dirigeaient, et Icare se releva, faisant glisser ses genoux sous le barreau de fer, tandis que le premier l'apostrophait.

    "C'est toi Icare ?"

    En silence, il hocha la tête. Il n'avait jamais vu ces deux-là, et, un instant, en devinant sous leur manteau la forme d'une épée encore au fourreau, il se demanda s'il était sur le point d'avoir des ennuis. Ils ne portaient pas la tenue ordinaire des soldats héliotes, cela dit, et leurs vêtements ne lui laissaient rien deviner. Par réflexe, l'étudiant s'appliquait à déchiffrer une situation qui le surprenait, liant et analysant les données que saisissait son esprit. L'explication, évidemment, vint d'elle-même.

    "Je suis Phoebus. Je suis un ami de Sirius, il a des choses à faire aujourd’hui il ne pourra pas venir, c’est donc moi qui vais te servir de guide. Allons-y."

    Phoebus - nom typique de Mercure. Le regard du jeune homme accrocha un instant le rubis qui, tout à coup, jetait des éclats furieux au doigt du nouveau venu, approché un peu trop sans doute des feux qui montaient de la fosse. Il n'y avait rien de surprenant bien sûr à ce que Garde-Chiourme, conseiller impérial sur son temps libre, eût des amis assez riches pour s'offrir ce genre de parure dans une région aussi pauvre que celle-ci. Et, manifestement, un garde du corps, à en juger par le silence peu avenant de l'autre qui restait en retrait, guère inclu dans l'usage du singulier. Ou bien un ami très attaché et singulièrement introverti.

    "Je vous suis."

    Marcher le long de la fosse, poser le pied sur le pont qui, tout à coup, semblait particulièrement étroit, se révéla bien plus impressionnant qu'il ne l'avait prévu. Avec délice, Icare compara les paysages lunaires, éclatants de blancheur et de froidure, à la chaleur rougeoyante qui montait du vide. Il n'aurait manqué cela pour rien au monde et, s'il marchait en ne regardant qu'en bas, ce n'était guère par crainte.
    Et, lorsque la question de Phoebus l'arracha à sa fascination, il n'hésita pas :

    "Je veux voir les dragons."






Messages : 6
Date d'inscription : 24/01/2016
avatar
Empereur
Empereur

MessageSujet: Re: L'appel du vide    Mer 12 Avr - 20:51

Ils marchaient donc sur le pont, Phaéton attendant la réponse du jeune Sélénite pour savoir où se diriger.  C’est qu’il y avait beaucoup de choses à voir mine de à Cruptolis, enfin pour un non héliote, entre les mines, les forges, l’élevage de dragons ou encore le temple dédié à Séléné, il y avait de quoi passer la journée au moins. Un léger sourire apparu aux coins des lèvres de l’empereur en entendant le jeune homme lui demander de l’emmener voir les dragons. L’inconvénient c’est qu’ils étaient à l’exact opposé d’où ils se trouvaient, il leur faudrait donc marcher un certain moment avant d’y arriver. De plus il leur faudrait également traverser des zones pas forcément très sûre.
Ce qui ne déplaisait pas réellement à Phaéton en réalité, il n’était jamais contre un peu de castagne. Toutefois, il espérait pas non plus forcément tomber sur une mauvaise rencontre, il n’avait pas vraiment envie d’être ralentit. Bientôt ils arrivèrent à la fin du pont.

- Bon écoute, surtout tu restes près de nous, cela m’a déjà bien assez agacé de devoir jouer les gardes d’enfant, je ne veux pas non plus avoir à te courir après.

Phaéton était peut être un peu trop dur pour le coup, mais il n’a jamais était du genre à mâcher ses mots, d’autant plus qu’il voulait être sûr de bien mettre les points sur les i dès le début.

- De plus il est facile de se perdre à Cruptolis quand on ne connaît pas bien les rues et une rencontre malchanceuse peut très vite arriver.  

Maintenant qu’il avait dit tout ça, ils s’engouffrèrent dans les allées sinueuse de la ville. La première chose qui marque c’est la différence entre Cruptopolis et Apóllô, la capitale montre une ville riche et lumineuse notamment avec les bâtiments qui sont pour la plus part blanc, tandis que la ville souterraine était majoritairement constituée de taudis et d’habitations délabrées habitées par la population héliote la plus pauvre mais ce qui set d’autant plus choquant c’est leur nombre considérable par rapport au nombre d’habitation d’Apóllô.
Ils avançaient donc parmi les bâtiments et la population certains leur jetant parfois des regards qui lorgnaient sur les rares objets de valeurs qu’ils portaient. Phaéton et son garde était attentif à ce qui les entourait, une main non loin de leurs armes pour être prêt à dégainer si jamais le besoin venait à s’en faire sentir.
Fort heureusement, ils n’en eurent pas besoin et après un peu de marche ils arrivèrent enfin à destination.
L’arène  était, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, immense. Il leur fallait passer par de grandes portes qui les menaient ensuite aux gradins de l’arène dans laquelle se trouvait d’ailleurs un dragon attaché, la gueule attachée pour l’empêcher de cracher des flammes. Phaéton délaisse quelques minutes le jeune sélénite pour aller voir le directeur de l’arène afin de lui montrer son anneau à l’intérieur duquel se trouvait le symbole impérial. Ainsi, ils avaient maintenant accès à tout le reste du batiment, y compris les cages des dragons. Phaéton revint vers Icare et s’assit sur les gradins.

- Bon voilà on a accès à tout le bâtiment, si tu veux visiter. Et si jamais tu as des questions, posent les moi j’essayerais d’y réponde.






Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'appel du vide    







 
L'appel du vide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'appel de la faim !
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Verae Historiae  :: Zone RPGTitre :: Mercure :: Cruptopolis-
Sauter vers: